LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le pharmacien face à la crise d'épilepsie !

Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Le pharmacien face à la crise d'épilepsie !   Jeu 12 Mai - 16:37

Qu'est ce que c'est ?


•L'épilepsie est une maladie neurologique chronique, provoquée par des dysfonctionnements de l'activité électrique du cerveau. Ces dysfonctionnements se traduisent par des surcharges électriques, véritables orages neuronaux, qui altèrent le comportement des neurones par la propagation d'une onde électrique à travers tout ou partie du cortex cérébral : c'est la crise d'épilepsie.
•de nature et d'intensité variables, et se produisant à des rythmes pouvant aller de plusieurs par jour à quelques-unes par an ? signe le syndrome épileptique.
•L'épilepsie affecte 40 à 50 millions de personnes dans le monde, sans distinction de race, de lieux ou de classe sociale. Les enfants ? y compris les nourrissons ?, les adolescents et les personnes âgées sont les plus concernés par cette affection neurologique
.


On distingue en effet 3 grandes catégories d'épilepsie :


*Les épilepsies symptomatiques

Elles ont pour cause identifiée une lésion cérébrale due à une malformation congénitale, des séquelles d'infections f?tales, une mauvaise oxygénation dans les premières minutes de vie, une encéphalite, une méningite, un traumatisme crânien, un AVC (accident vasculaire-cérébral), etc.

*Les épilepsies idiopathiques

Dans ce type d'épilepsie, aucune cause clinique, pas plus que les résultats d'imagerie cérébrale, ne laisse suspecter une lésion. Ces épilepsies ont généralement pour origine un « dérèglement » provisoire du cerveau ; elles sont le plus souvent bénignes et disparaissent à la puberté ou lorsque le patient est jeune adulte.

*Les épilepsies cryptogénétiques

Lorsque l'origine de l'épilepsie reste introuvable, mais que des antécédents familiaux sont identifiés ou qu'une lésion est suspectée sans pouvoir être formellement vérifiée, on parle volontiers d'épilepsies cryptogénétiques. Cette famille d'épilepsies représente actuellement environ 30 % des cas. La sophistication de plus en plus grande des moyens d'investigation tend à réduire cette proportion en raison de l'identification de plus en plus systématique de l'étiologie des cas d'épilepsie.
Crises généralisées ou partielles


Les syndromes épileptiques sont classifiés en deux grandes catégories :

•Syndrome épileptique généralisé : il concerne l'ensemble du cortex cérébral
•Syndrome épileptique partiel : ne concerne que des parties du cortex cérébral.


Orientation



L'orientation doit se faire vers un neurologue ou urgences hospitalières
La survenance d'une convulsion ou d'un raidissement musculaire, ne désigne pas nécessairement une épilepsie. Pour diagnostiquer une épilepsie de façon certaine, il faut :
•Procéder à un interrogatoire médical
•Réaliser un examen clinique
•Analyser les résultats d'un électroencéphalogramme (EEG)
•Effectuer, si nécessaire, une IRM cérébrale (imagerie par résonance magnétique).


Ce qu'il faut faire


Les témoins de crise généralisée sont souvent désemparés face à la soudaineté et au caractère souvent spectaculaire d'une crise tonico-clonique. Pour venir en aide à une personne en crise, il suffit pourtant de respecter quelques règles simples et d'éviter quelques erreurs.


•Garder son calme, la crise est d'une durée limitée le plus souvent inférieure à 3 minutes ;
•Noter l'heure d'apparition de la crise afin d'en mesurer la durée ;
•Placer la personne en position allongée, de préférence sur le côté (PLS - position latérale de sécurité), et le plus confortablement possible ;
•Protéger sa tête contre tout risque de blessures, d'écorchures, de chocs... ;
•Vérifier que la personne respire, notamment si son visage devient cyanosé ;
•Rester auprès de la personne jusqu'à récupération complète de ses facultés. La plupart des victimes de crises d'épilepsie mettent plusieurs minutes avant de sortir de leur hébétement ;
•Prévenir les secours d'urgence seulement si la crise se répète en boucle, si des difficultés respiratoires ou des blessures apparaissent, ou si la crise se prolonge au-delà de 5 minutes.


Ce qu'il ne faut pas faire


•Entraver les mouvements pendant la durée de la crise ;
•Mettre un objet en bouche (mouchoir en tissu ou en papier, coton, etc.) avec la louable intention de prévenir une morsure de la langue. La personne en crise risque d'avaler l'objet et de s'étouffer avec ;
•Placer vos doigts dans la bouche du malade pour éviter qu'il ne se morde la langue. Vous risqueriez d'y laisser une phalange...
•Transporter la personne au cours de la crise ;
•Donner à boire, à manger ou des médicaments


Conseils et prévention


réduire le plus possible les facteurs déclencheurs de crises.
•Bien dormir et éviter le manque de sommeil. La régularité de nuits d'environ 7 heures contribue à la prévention des crises.
•Faire du sport. La pratique d'un sport est bien sûr conseillée car elle améliore l'épilepsie. Cependant, les sports exigeant une forte oxygénation (hyperpnée) doivent être évités tout comme ceux pouvant présenter un danger en cas de crise (chutes, blessures...) : escalade, alpinisme, plongée, natation, sports mécaniques, vélo, équitation... La marche, le golf, certains sports de salle (volley-ball, badmington en double...) doivent être privilégiés.
•Éviter la consommation d'excitants : drogues, tabac, alcool, thé, café sont fortement déconseillés.
•Éviter les situations de stress et apprendre à les gérer. Le stress est un facteur fortement déclencheur.
•Au début du traitement, le médecin interdit la conduite de tout véhicule, même si aucun texte de loi ne l'empêche formellement. Conduire ne peut être envisagé qu'après l'interruption définitive des crises sur une période d'au moins un an. Un certificat est alors remis au patient par son médecin.
•En raison de leur dangerosité potentielle pour le malade et son entourage professionnel, certaines professions sont, sinon interdites, au moins fortement déconseillées aux personnes épileptiques :
•Ouvrier sur machines outils - massicot, emboutisseuses... ;
•Grutier ;
•Pilote de ligne ;
•Chauffeur routier :
•Ambulancier ;
•Chauffeur de transport en commun ;
•Métiers du bâtiment exigeant de travailler en hauteur ;

Quel que soit le métier exercé, le port permanent d'une carte indiquant que son détenteur est épileptique et qui précise ce qu'il convient de faire en cas de survenance d'une crise ou encore qui prévenir est recommandé.




Santé Médécine.Net


_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.1fr1.net
 
Le pharmacien face à la crise d'épilepsie !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mondialisation face a la crise economique? ce que dit l'Eglise
» conseil du pharmacien face a des symptomes occulaires a lofficine
» Face à la crise des migrants : que faire ? La réponse de Fatima
» crise d'épilepsie des animaux
» Des chiens detectent la crise d'épilepsie chez leur maître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert au comptoir de l'officine-
Sauter vers: